Lettre à Louis Picoche

Friday 8 September 1944

Aux Armées - 8/9/44

Je ne t’ai pas encore écrit malgré le grand nombre de choses à nous dire d’abord parce que je voulais vite terminer mon rapport pour le Colonel Lelaquet1 (je le lui ai envoyé il y a plusieurs jours par courrier officiel) et puis parce que je voulais revoir la plus grande partie de nos maquisards actuellement admis dans un des meilleurs bataillons de la division. Pour en finir avec eux, ils sont contents et surtout, chose qui te fera plaisir autant qu’à moi, on est vraiment content d’eux. Ils ont donné satisfaction à tous les points de vue et notamment au point de vue marche, ce qui, je suppose, ne t’étonne pas. J’ai avec moi Roger et Claude qui font partie de mon équipe personnelle.

Passons aux questions affaires.

Demailly a dû venir te voir au sujet des questions d’argent. Le dernier jour à Hyères, il est arrivé me demandant environ 27 000 fr, sans me donner aucun détail. Je savais que je lui devais environ 12 à 15 000 fr d’argent qu’il avait payé depuis notre départ de Quinson et que je n’avais pu lui payer à ce moment là car comme tu te souviens, je suis resté un moment sans argent. Il m’a dit avoir payé aussi le tabac qu’il a réquisitionné aux Salles et à Bauduen pour nous. Dans ce cas là, cela fait bien la somme demandée, car aux Salles il y en avait pour 5.523 fr et à Bauduen pour 5 189 fr (je t’envoie les factures mais je garde les autres papiers de la régie). N’ayant pas assez d’argent sur moi, je lui ai donné un acompte de 10.000 fr et on lui est donc encore redevable d’environ 17 000 fr.

Personnellement, il me reste appartenant au maquis:
8.830 fr que je t’enverrai dès que le service postal marchera normalement à ce point de vue là.
En plus il reste: 5.000 fr chez le Commandant Périno actuellement je ne sais où, mais dont l’adresse civile est:
Mr Maurice Périno, Bagnols en Forêt (Var)
J’ai donné 3000 fr à Aignier (1, rue Folletière à Draguignan) pour les lampes de TSF et il ne m’a pas rendu la monnaie. Fais la toi adresser directement.
Enfin à Hyères, j’ai donné 2000 fr à Bob (l’ingénieur radio) qui avait perdu ses lunettes en service commandé et dès que je le reverrai, je me ferai rendre la monnaie et te l’enverrai.

Donc tu vas recevoir             8.830 fr
et il faut que tu récupères
chez le Cdt Périno                        5.000

                  

soit                                   13.830 fr            auxquels il faudra

ajouter le reste de 3000 fr

d’Aiguier et des 2000 fr de Bob, ce qui doit te permettre de payer directement Demailly, et le maquis finit sans bénéfice ni perte. J’ai bien gardé toute la comptabilité2 et si c’est urgent, je peux te la recopier et te l’envoyer mais si ça peut attendre, je crois qu’il vaudrait mieux que on discute tout ça à mon retour.

2ème question important: celle des voitures.

Nous avons réquisitionné: La Juvaquatre de Mr Pennaveyre à Aiguines, que j’avais confiée à Demailly (méfie toi car j’ai l’impression qu’il y en a quelques uns qui voudraient bien récupérer les bagnoles à bon compte et sur le dos du maquis).
Le P45 pris à la milice de Marseille (sans bon de réquisition)
La Vivaquatre et la V8 réquisitionnées pour nous par les gens de Régusse (par celui à qui, sur tes indications, j’avais donné 1000 fr que je n’ai jamais revus pour l’organisation des guérillas).
Enfin une Traction Avant réquisitionnée par les mêmes Régussois et gardée par eux3.

Vois un peu pour toutes ces voitures et fais régulariser les réquisitions en les faisant par exemple officiellement réquisitionner pour vous à Hyères ou bien fais les rendre à leurs propriétaires. Dubourg4 pourrait s’occuper de ça.

Sauf Demailly, il n’y a aucune dette nulle part.

Pour nos affaires personnelles qui doivent être avec le P.45 fais les entreposer qq. part jusqu’à la fin de la guerre, - on retrouvera ce qu’on retrouvera…

Je te promets le 1er exemplaire de mon journal du maquis!! Comment vont les affaires à Hyères. Je suppose qu’il n’y a pas la pagaille qu’on voit dans beaucoup de villes occupées par les FFI…

Veux-tu présenter mes hommages à ta femme et à ta sœur et crois à ma vieille amitié.

signé G. Sivirine

P.S. En passant j’ai pu m’arrêter quelques heures et embrasser ma femme, ma fille et faire connaissance avec l’héritier.

Répondu le 27-9-44
réclamé état des entrées et sorties des gars partis au FTP et le double du rapport envoyé au Cdt Le Laquet

1 - Ancien chef départemental de l’ORA, devenu chef départemental des FFI, il prépare un « rapport sur l’action des FFI du Département du Var pendant les combats de la Libération du 15 au 26 août 1944 ». Ce gros rapport, terminé en novembre 1944, est rédigé selon les normes du rapport militaire (des faits « secs », des chiffres). Rassemblant les divers rapports de chefs de secteur sans aucun esprit critique, il est souvent erroné et partiel.
2 - Cette tenue scrupuleuse des comptes se rencontre fréquemment dans la Résistance et contredit les rumeurs d’enrichissement personnel, souvent malveillantes, qui courent fréquemment sur ses chefs ou ses responsables de parachutages.
3 - Ces « emprunts » de véhicules – que Vallier mentionne dans son journal – ont eu lieu en juin et juillet. Le camion de la Milice est un véhicule qui servait à celle-ci pour transporter du bois.
4 - Louis Dubourg, l’intendant du maquis. Nous ne pouvons identifier les autres personnes citées.

- : - : - : - : - : - : -

1 Comment

  1. Claude Sivirine a dit
    22 September , 2006 à 3:36 pm

    Voici les comptes du maquis Vallier du 21 avril au 6 juillet

Sorry, the comment form is closed at this time.

De Farigoule à Canjuers utilise wordpress 1.5.1.2 - theme © neuro 2003-2005