57ème jour de maquis

Wednesday 19 April 1944

Il était 8h1/2 avant-hier quand je terminais ce journal et je pensais bien le reprendre en rentrant de la manœuvre. La manœuvre s’est bien passée, et à 9h 1/2, nous étions en train de discuter, je faisais la critique générale de la manœuvre, quand, de la chambre d’en dessous, j’entends un coup de mitraillette. J’ai eu le pressentiment immédiat d’une catastrophe, et le temps de me précipiter, je vois un de mes derniers arrivés un de ceux d’Aups (contingent disciplinaire!), le petit Georges1 tomber comme une masse. J’ai pensé d’un coup: “balle au cœur” et j’ai vraiment eu une impression de froid glacial s’abattant sur mes épaules et descendant tout le long du corps. Les réflexes jouent quand même, et avec l’aide de Marcel, nous avons dégrafé la chemise, un petit trou rond bien vers le cœur, d’où le sang giclait en fontaine dès qu’on essayait de le remuer. Nous avons bien essayé de lui faire une piqûre mais sans aucun espoir. La mort a été instantanée. Mon premier réflexe: aller chercher un docteur puis du moment qu’il n’y avait plus rien à faire, je l’ai décommandé et je suis descendu à Fayence en vélo depuis Mons. Un orage épouvantable, et en plus j’étais parti sans imperméable et avec un vélo baraque, sans frein. Je n’avais pas un fil de sec sur moi en arrivant et j’avais bien failli me casser la figure quelques fois.

Retour le soir encore, sous la pluie, avec comme seul réconfort: “bon courage”, et depuis, je vis un peu dans les nuages, au moins jusqu’à hier soir. Aujourd’hui, je recommence une vie plus normale, mais c’est dur de s’y remettre;

Accident bête, stupide, entièrement de la faute du gosse (il allait avoir 20 ans, le mois prochain) mais il n’empêche que ça vous secoue drôlement2. Une garde en armes l’a veillé tout le temps et j’ai pris deux heures de garde la nuit. Hier matin on l’a enterré en haut, sur le plateau, dans un bois de pins, sous un orage de grêle. (j’ai attrapé mal à la gorge avec mes allées et venues, trempé). Cérémonie évidemment très émouvante, honneurs militaires rendus par les camarades, drapeau en berne, absoute donnée par Max (d’après les camarades, Georges était pratiquant et j’ai tenu à ce qu’il soit enterré suivant ses idées).

Heureusement, nous sommes en alerte continue, on ramasse tous les jeunes des environs et il faut que nous fassions évidemment très attention. Et d’ici deux à trois jours nous déménageons de camp pour de bon. Cette fois, on va changer carrément de secteur et nous en aller de cette région où nous finissons par être trop connus de tout le monde. Aussi, les alertes et les préparatifs de départ occupent-ils assez pour qu’on ait de force, les idées changées.

D’ailleurs , je reviendrai sur mes réactions propres devant la mort de ce gosse, mais c’est encore trop près, et d’autre part, maintenant, il faut que je pense aux mille questions pratiques que va poser le transfert du camp, sans qu’on puisse vraiment compter sur la moindre aide pour cela.

1- Georges Maranincchi (orthographe non assurée), né le 6 mai 1924 à Toulon
2- Les accidents de mitraillette Sten sont très fréquents. Cet engin a l’avantage de la simplicité, mais l’inconvénient de « partir » aisément (et d’être peu précis).

- : - : - : - : - : - : -

1 Comment

  1. Tony Mariani a dit
    21 April , 2006 à 9:12 am

    Le colonel Roux avait trouvé une maison de campagne “Les Louquiers”. C’était en face de Mons à 1100m d’altitude. Nous sommes montés là et c’est là que le petit Jo s’est tué. En revenant d’une patrouille. C’était un jeune homme comme nous mais -comment je puis dire- il avait des gestes brusques. On lui a dit “ne tape pas là”. Sur la STEM vous avez le chargeur sur le côté et il ne faut pas taper parce que ça engage les balles et il s’en est pris une en plein dans le cœur. Et on l’a enterré aux Louquiers, là haut.
    Je l’ai vu. Après on était.. on n’osait pas se parler ni les uns ni les autres. Moi ça m’avait bouleversé. Etre tué en combattant c’est très bien, mais là..

Sorry, the comment form is closed at this time.

De Farigoule à Canjuers utilise wordpress 1.5.1.2 - theme © neuro 2003-2005