Introduction

Thursday 16 September 1945

− − − − − −    

photo prise pendant la campagne des Alpes à Beuil (Noël 1939)

Gleb Sivirine (le “Lieutenant Vallier”)
photo prise pendant la campagne des Alpes à Beuil (Noël 1939)

Ce n’est pas une préface pour un livre à paraître en librairie que j’écris. Ce journal que j’ai fait jour par jour, où vous m’avez tous vu noter les impressions quotidiennes n’a jamais été écrit pour être édité. Il remplaçait les lettres que je ne pouvais envoyer et il m’assurait pour l’avenir un souvenir fidèle et exact d’une vie tellement hors de l’ordinaire que je risquais de la transformer et de la fausser, une fois revenu dans l’existence normale.

Quand nous étions à Canjuers1 -Vous rappelez vous de “gazon charmant”, petit Yo2? ou à la Blanche3 sous les cabanes de branches et que vous me voyiez prendre mon stylo et mon cahier rouge,- je vous ai promis qu’un jour vous liriez ces notes. Aujourd’hui je m’y mets. Je les recopie pour vous fidèlement, sans changer un mot, même si certaines choses me paraissent un tantinet ridicules maintenant, - même si certains jugements ou certains espoirs se sont révélés faux.

Il y manque beaucoup de choses, de faits même, à ce journal. Les journées les plus chargées furent celles où j’eus le moins de temps pour écrire, et en relisant je me suis rendu compte que sur la période d’août qui fut active pourtant, - Malassoque4, les mitrailleuses qui s’enrayaient, la propagande électorale de Périno, et toute la période de bataille devant Hyères, - il n’y a à peu près rien.

Mais vous retrouvrez l’atmosphère que nous avons connue, cette atmosphère dont tu “languis” tant, mon vieux German5, cette atmosphère que nous évoquions dans les clochers d’Alsace ou sous les guitounes de l’Authion6 avec Roger et Claude et dont le souvenir est resté si vivace au cœur de tous ceux que j’ai revus.

C’est pour vous que je copie tout ceci, pour toi, German qui le liras à ton retour d’Autriche, pour vous deux, Roger et Claude qui ne m’avez pas quitté de 18 mois, pour toi Marcel et vous, petit Yo, mes “camarades de chambrée” dans les cabanes en branches où passait si bien l’orage, pour vous tous de “Farigoule à Canjuers” et pour toi, mon vieux Louis7, sans qui rien de ce qui a été n’aurait pu exister.

 
- : - : - : - : - : - : -
 

Mon titre est faux. Nous sommes allés à Canjuers, mais nous l’avons dépassé et c’est de Farigoule à Collobrières ou à Hyères que j’aurais du mettre. Mais il y a longtemps, bien longtemps qu’avec Yo nous avions décidé ce titre et j’ai voulu être fidèle aux vieilles promesses.

 
- : - : - : - : - : - : -
 

1- Le Plan de Canjuers, dans le Haut-Var, au sud du Verdon.
2- Pierre Liétard, que l’on retrouvera dans le récit.
3- Ferme où le maquis Vallier a stationné entre le 10 et le 12 juillet, aux environs de Baudinard/Les Salles.
4- Autre lieu de stationnement du maquis fin juillet-début août, plus à l’ouest, au nord de Montmeyan.
5- Le Dr Angelin German, de Draguignan. Compagnon de Georges Cisson, il était responsable du service de santé des MUR du secteur de Draguignan et a été la providence de nombreux résistants blessés. Il sera le médecin du maquis Vallier.
6- Vallier et plus de 50 de ses hommes s’engagent à la Libération dans la 1e Division Française Libre (l’unité qui, au sein de la Ie Armée française du général de Lattre de Tassigny, regroupe les éléments gaullistes). La plupart rejoignent le Bataillon d’Infanterie de Marche du Pacifique. Ils participent donc avec elle aux combats de la libération en Alsace, avant d’être envoyés dans les Alpes-Maritimes, sur la frontière italienne et de participer, dans le massif de l’Authion, aux combats qui s’y déroulent en avril 1945 (voir sur ces combats, P.-E. Klingbeil, Le front oublié des Alpes-Maritimes (15 août 1944-2 mai 1945), Nice, Serre, 2005). Le Lt vallier, redevenu Lt Sivirine, rejoint le 1er RA (Régiment d’Artillerie) de la DFL, accompagné des deux plus jeunes de ses maquisards, Roger Leroux et Claude Ravaisse.
7- Louis Picoche, le “patron”

 
- : - : - : - : - : - : -
 

Roger Leroux, 19 ans

Roger Leroux (19 ans)
Départ au maquis le 2 février 44

Note de l’auteur

Wednesday 1 September 1945
 
 introduction manuscrite
 
De Farigoule à Canjuers utilise wordpress 1.5.1.2 - theme © neuro 2003-2005